Pourquoi faire une Newsletter ?
11 mars 2022

Je n’sais pas si vous êtes au courant, mais je propose une Newsletter, appelée la Newsletter du Quotidien, que j’envoie tous les mois.

Cette Newsletter, elle est faite d’anecdotes et d’histoires de vie mises en dessins. Il s’agit d’une sorte de continuité des Vignettes du Quotidien, les petites BD que j’ai créé pour les réseaux sociaux.

Ce n’est pas une newsletter marketing. Elle n’est pas là pour vendre continuellement de nouveaux produits et encourager à l’achat (si ce n’est rappeler que j’ai un compte Patreon en fin de mail, parce que bon, c’est un moyen sympa de soutenir mon travail, pour peu de frais). Tout au plus, il peut m’arriver de parler de mes actualités (une nouveauté en boutique, ou un super projet) si je trouve ça utile… Mais ma newsletter n’est pas là pour vanter mes services, ni pour donner des conseils sur l’illustration ou la vie freelance. Elle est juste là pour délivrer un peu de bonne humeur (et de rigolade dans le meilleur des cas).

Mais“, me direz-vous, “puisqu’il s’agit d’une continuité de ce que tu proposes sur les réseaux sociaux… Pourquoi en faire une newsletter, et ne pas continuer à poster ça… sur les réseaux sociaux ?

Eh bien mon ami·e, je vais t’expliquer pourquoi j’ai eu l’envie de faire ça comme ça.

1. J’aime l’idée d’un format plus libre

Je ne vais pas te l’apprendre : les réseaux sociaux imposent un certain formatage aux contenus qu’on y poste. Dans ma Newsletter, je dois certes respecter une forme de mise en page. Mais à l’intérieur de cette mise en page je fais ce-que-je-veux. Je peux faire des mails de 10 pieds de longs. Je peux mettre du texte, plein de dessins, mixer les deux, jouer avec le format long, dessiner comme je veux, et aborder tous les sujets qui me passent par la tête. Et même que les images seront jolies parce que ce sera PAS COMPRESSÉ.

2. Je m’adresse uniquement à des gens qui l’ont choisi

Pas de crainte de voir mon contenu être relayé, distordu, récupéré, mal compris, par des gens que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam (bizarre cette expression non ?) Ici je sais que je m’adresse à mon crew sûr ! Et par conséquent je me sens encore plus libre de raconter tout et n’importe quoi ! (Et croyez-moi, il y a beaucoup de n’importe quoi)

3. Je trouve ça sympa de m’incruster dans vos boites mails

Je trouve que le mail a un petit côté plus intime que les réseaux sociaux. Je m’adresse directement à vous, chez vous, dans votre petite boite mail personnelle. C’est comme une sorte de relation épistolaire, mais numérique. Et si tu veux me répondre, ça peut même engager un dialogue, qui restera entre nous.

4. Je ne dépends pas d’un algorithme

Sur les réseaux sociaux, il y a ce côté pas chouette de dépendre d’une sorte de méga puissance qui choisit de montrer – ou pas – ton contenu, à des gens qui pourtant avaient envie de le voir, puisqu’ils se sont abonnés ! Là au moins, je suis sure que mon contenu sera reçu : la personne peut lire le mail tout de suite, le garder de côté, l’ouvrir plus tard, mais au moins le mail est au chaud, dans sa boite, à l’attendre.

Et puis comme ça, si un jour il y a un giga CRASH des réseaux sociaux, eh ben on pourra quand même garder le contact ! Et ça, c’est sympa.

*****

Voici un petit condensé des raisons qui m’ont donné envie de créer ma Newsletter. Si ça t’a donné l’envie de la découvrir, parce que tu n’y es pas encore abonné·e, tu peux t’inscrire à ma liste de contacts en cliquant ici !

 

S'abonner à la Newsletter du Quotidien

Pour recevoir un mail avec des anecdotes sympas, du blabla mis en dessins, et les dernières infos concernant mes services et la boutique : c'est par ici ! (Promis, pas de spam, ce sera envoyé qu'une fois par mois !)
J'en parle davantage ici !